Catégories
La fabrique d'actualités

Design moi un bureau

Design moi un bureau, un ensemble d’outils dans une boite bien utile pour repenser vos espaces de travail + ergonomique, + collaboratif, + ludique, + design

Jusqu’à récemment, le monde professionnel obéissait aux mêmes principes que le théâtre classique : unité de lieu, de temps et d’action. Les technologies, et notamment l’internet et les nouveaux usages qu’ils ont provoqués ont porté un coup fatal à cette règle. Ces dernières années, ont vu émerger une organisation du travail complétement redessinées par les ruptures démographiques, sociétales, économiques, environnementales et technologiques. Ces ruptures impactent la façon dont sont pensés et aménagés les espaces de travail. Les fonctions d’apprentissage, d’innovation, de production, de vente, de vie ensemble sur un même lieu sont en complète réinvention. Cette configuration inédite s’accompagne d’une lente « désinstitutionnalisation» de l’entreprise. Cette dernière évolue désormais de plus en plus comme une communauté de projets, qui déporte la capacité productive de l’entreprise sur l’individu, pour mieux devenir un ensemble actif organisé en plateformes, sans cesse en recomposition. Jadis structure fixe, notamment dans son rapport à la production, l’entreprise se déploie comme un écosystème, immergé dans des réseaux dont elle tire de la puissance. Comment faire en sorte que ces évolutions  deviennent des opportunités pour l’entreprise ?

Le travail au bureau se réinvente

Aujourd’hui on ne voit plus un collaborateur passer 7 heures à son poste de travail . Dans la vie d’une entreprise, il est invité à contribuer dans des salles de réunions de différentes tailles, se déplacent pour aller chercher des documents, rencontre dans l’informel son collègues et récupère ainsi les informations qui débloqueront le dossier qui résistait, il travaille chez le fournisseur ou le partenaire, ou pratique le télétravail. Mobile et nomade, le salarié passe finalement moins de temps assis à son poste. 

Ainsi, lorsque l’on circule dans les espaces de travail des entreprises, on réalise que les bureaux sont globalement vides. Une tendance que confirme scientifiquement les études d’occupation des espaces en mesurant l’occupation des espaces. Il y a toujours en moyenne à un temps T, 40% des postes de travail qui sont inoccupés. Et lorsque l’on dit inoccupé, cela ne signifie pas que la personne est en réunion, travaille ailleurs avec un collègue ou fait une pause-café ! Cela signifie réellement que la personne n’est pas dans les locaux.

design moi un bureau !

Un constat qui engage de plus en plus de directions à s’interroger d’autant plus quand on sait que le coût des espaces de travail est le second poste de coût pour les entreprises du tertiaire après la masse salariale. Le réaménagement des espaces se présente en effet comme une solution économique : supprimer les postes non utilisés pour les réutiliser en diversifiant les environnements de travail et se doter de services utiles aux salariés.. C’est grâce à la digitalisation et à la flexibilité des espaces partagés que l’on pourra repenser les modèles classiques d’organisation en faveur de structures ouvertes, efficaces et rentables

On sait d’ores et déjà que cette tendance de bureaux vides va se renforcer si l’on en croit le prolongement des courbes actuelles de modifications des modes de travail. 

Engager une réorganisation de ses locaux de travail permet d’optimiser les mètres carrés investis par l’entreprise, et prend en  compte les socialisations nouvelles qui s’inventent et qui engagent des relations plus horizontales. 

Passer au sérieusement ludique : #ergonomie, #designthinking #agilité

Les lieux de travail deviennent ludiquement sérieux comme nous le définissons à la cooperactiv. Ils sont ergonomiques au sens où ils s’adaptent aux activités des collaborateurs afin de simplifier les interactions individu:environnement. Les nouveux espaces contribuent à la santé durable au travail en apportant des solutions au problématique de bruit, de lumière, de températures de confort, l’incidence des couleurs ou encore le choix des mobiliers. L’esprit c’est que ces environnements s’adaptent

Le design thinking s’invite non seulement dans les pratiques professionnelles qui s’intéressent de plus en plus à l’expérience utilisateur/collaborateur, mais également dans notre façon de co-désigner les espaces qui rassemblent les équipes autour du projets, tant dans les phases de réflexion, que dans l’usage des locaux.

Le management agile est soutenu par les nouvelles circulations et possibilités physiques de se relier. Traditionnellement organisées en services et en territoires distincts, les entreprises qui osent ces nouveaux aménagements d’espace ont pu « casser les silos » existants : les salariés peuvent désormais se regrouper et échanger le temps d’un projet. Le passage aux bureaux plus collaboratifs transforment les pratiques managériales en apportant plus de leadership et de design. Les échanges sont plus en phase avec le quotidien et les préoccupations réelles des équipes, Le manager devient un facilitateur des projets en faisant émerger la richesse humaine de son équipe.

Produire et apprendre se rapprochent dans des « écosystèmes apprenants »

Vivre au quotidien

Imaginez, ordinateur et smartphone à la main, le salarié s’installe à un espace différent en fonction de ses activités. Il passe du temps dans les espaces collectifs comme l’espace convivalité pour partager bien plus qu’un café ou un déjeuner, ou encore organise une Visio dans un salon lounge…. utilise la ChillRoom pour se détendre au cours de la journée ou pour lire ou réaliser une activité qui demande une forte concentration. La salle de réunion conventionnelle peut se transformer en salle de créativité pour challenger l’équipe projet sur les retours utilisateurs, et simplifier le processus de prototypage

Le principe ; Les salariés sont libres de travailler où ils le souhaitent, dans les conditions qu’ils estiment le plus agréable pour eux, en mettant le corps en mouvement, en facilitant les échanges et le croisement de regard. Cela permet de répondre au principe de prévention préconiser par définit le code du travail : adapter le travail à l’Homme

Traditionnellement organisées en services et en territoires distincts, les entreprises qui osent ces nouveaux aménagements d’espace ont pu « casser les silos » existants : les salariés peuvent désormais se regrouper et échanger le temps d’un projet. Le passage aux bureaux plus collaboratifs transforment les pratiques managériales en apportant plus de leadership et de design. Les échanges sont plus en phase avec le quotidien et les préoccupations réelles des équipes.

Dans une démarche de RSE, ou pour construire une nouvelle voie pour travailler, nos clients se sont engagés dans un nouveau paradigme où les mots de la vie privée peuvent faire leur entrée dans le champs professionnel en recréant des équilibres: bien-être, qualité de vie au travail, émotion, psychologie, plaisir, bonheur…

Notre promesse

Convaincus que le travail contribue pleinement à l’épanouissement des femmes et des hommes et que l’environnement de travail contribue au bien être et au bien faire, contribue à la fidélisation des salariés et attirer de nouveaux talents, la cooper’activ vous invite de réintéroger les codes et les usages réelles, d’agir par l’ergonomie, le design thinking, l’agilité et le design d’espace sur les environnements de travail des salariés, de réinventer avec elles l’aménagement de l’espace de travail et du bureau de demain

Nous vous accompagnons tout au long de votre projet d’aménagement via différentes étapes, indispensables pour rendre votre nouvel espace de travail le plus rentable et le plus agréable possible.

Notre boite à Outils, « Design moi un bureau » intégré un ensemble de fonctionnalité construit autour d’une démarche d’innovation collaborative qui favorise l’émergence de solutions construites et partagées par les équipes, dirigeants, managers et salariés. Les outils développés avec nos partenaires et testés dans plusieurs projets, permettent de développer des solutions d’aménagement de vos espaces et d’entrainer par sa méthodologie une nouvelle culture de travail.

Notre démarche, elle aussi sérieusement ludique et expérientielle s’organise en 5 phases distinctes (construire ensemble, comprendre ensemble,, rechercher ensemble, designer ensemble, tester ensemble). Chacune de ces phases place les Femmes et les Hommes au centre du projet permettant de passer d’une approche technique des locaux à une approche humaine.

Les 5 phases de notre accompagnement

Nous développons tout au long du processus un lien avec avec nos scénographes, architectes et bureaux d’étude partenaires, ou votre propre équipe de maîtrise d’oeuvre des espaces qui vous ressemblent et qui permettront demain à vos équipes de gagner en qualité de vie, en collaboration, en créativité et donc en performance.

Un projet

Commençons par un échange pourquoi pas autour d’un café, chez vous ou chez nous …

Par Philippe GOULOIS, Cooper'activ

Philippe GOULOIS, catalyseur d'innovation sociale, activateur de bien être et de performance

C’est fort d’une expérience d’une vingtaine d’années du monde du travail qu’il a fait le choix d’une réorientation professionnelle qui l’a conduit vers l’ergonomie, et la faciliation dans des démarches de construction de la santé au travail.

Dans cette première vie professionnelle, il a pu appréhender différents secteurs d’activités dont le secteur de la restauration, de la qualité et enfin celui de la formation professionnelle. Ce dernier lui a permis de développer ses qualités relationnelles et une grande capacité d’écoute auprès de typologies de public hétérogènes mais aussi une bonne pratique du travail en équipe pluridisciplinaire.

Ces expériences professionnelles ont été l’occasion pour lui de cheminer et de disposer aujourd’hui des ressources et des expériences du monde du travail, et ainsi de construire un parcours professionnel atypique. Depuis la réalisation du travail, au management, puis à l’évaluation qualité et à l’accompagnement des individus pour disposer des ressources pour répondre aux attentes de l’entreprise, il s’est orienté vers ce qui joue dans le travail et ce que cela produit pour le salarié et pour la performance de l’entreprise.

En 2000, il obtient un diplôme universitaire sanctionnant une formation et une pratique des sciences de l’éducation, intégrant l’usage des TIC avec une orientation particulière autour de l’ergonomie cognitive et des interfaces pédagogiques entre l’apprenant et son environnement numérique. Aujourd’hui il réinvestit ces compétences dans l’appréhension des situations de travail des opérateurs mais également dans le conception des processus d’apprentissage et du développement des compétences.

En 2011, il complète son parcours universitaire en « Ergonomie, santé et sécurité dans la conduite du changement en entreprise », à l’IETL de LYON 2, puis à l'école national supérieur de cognitique à Bordeaux.

Au sein du rectorat de Lyon ou de la région Rhône-Alpes, il conduit plusieurs projets de construction de la santé au travail mobilisant parfois de nombreux acteurs mais toujours en lien avec le réel du travail des opérateurs en se fondant sur le dialogue social.

Pour enrichir sa pratique, il tente en 2012 l’aventure de l’entreprenariat en qualité de formateur consultant. Il conduit alors plusieurs projets d'innovation sociale dans l’industrie, l’événementiel, et le service à la personne.

Communications

Ministère de l’agriculture, 2001, Rapport du groupe PNNS / Qualité gustative des aliments et environnement des repas : restauration scolaire, hospitalière et aide alimentaire :

Territorial, La gazette des communes, Philippe Goulois L’ergonomie, ou l’art de la prévention . ARTICLE DU NUMÉRO 250 – 23 MAI 2013

Café pédagogique, 2003 : Apprendre avec le numérique : Le paradigme des outils cognitif

Le formateur : éducateur de citoyens éclairés ou développeur de capital humain au service du marché ? Inffo-formation (L’), 01/05/2013, n° 833, p. 24-25

Le Co-développement professionnel. Une ressource au service de l’intelligence collective – Personnel, n° 539, mai 2013, pp. 42-43

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *