Catégories
La fabrique d'actualités

Les jeux en formation

Avez-vous déjà joué ? Bien entendu, et pourtant cette question mérite t-elle d’être posé sur ce blog. Nous avons tous joué, c’est évident. Le jeu c’est quelque chose de central pour nous. Que l’on soit infirmière ou fondeur dans une aciérie, sportif de haut niveau, représentant des personnels, élus politique,  ou même consultant, s’il y a bien quelque chose qui nous réunit, c’est que nous avons tous joué. C’est quelque chose qui nous rassemble. Nous nous sommes tous construit à travers le jeu. Et c’est pour ça que le jeu est si important pour nous.

Le jeu c’est avant tout l’esprit d’équipe. C’est être capable de faire passer l’intérêt de l’équipe avant son propre intérêt. C’est une condition indispensable pour remporter des victoires. Vu comme ça on se dit qu’il faudrait peut-être qu’on joue un peu plus en entreprise finalement.

Mais le jeu c’est aussi l’engagement. Eh oui souvenez vous des parties endiablés de jeux vidéo et de la frustration que vous avez ressentie lorsque la sentence inéluctable tombait : « c’est l’heure de manger ». Dans ces moments-là, vous utilisiez réellement 100% de vos capacités et vous ne comptiez pas votre temps. Mais en entreprise à-t-on vraiment envie d’avoir des salariés qui utilisent 100% de leurs capacités et qui ne comptent pas leurs heures ? Euh… bien oui en fait. Car le jeu a ceci de particulier : il procure du plaisir. Et il est bien temps de remettre du plaisir au travail à notre sens.

Et puis pour finir le jeu c’est un espace dans lequel on peut essayer et innover sans avoir peur de l’échec : les conditions idéales pour être créatif.

Le jeu propose un cadre bienveillant dans lequel l’échec n’a plus vraiment d’importance : ce n’est qu’un jeu après tout. Et bien, voilà les conditions idéales pour libérer sa créativité. Alors pour quoi ne pas utiliser l’émulation du jeu pour booster sa créativité ?

Voici quelques exemples de jeu développés pour nos formations

Jeu de l’oie créé pour la formation des membres CHSCT

 

L’action du CHSCT – Jeux-de-l'oie---chasse-aux-risques--CHSCT

Objectifs

  1. Pour les stagiaires, ceux-ci vont devoir se confronter aux thématiques qui pourraient être traitées dans un CHSCT. L’objectif est d’inviter chaque membre confronter ses savoirs et a se mettre d’accord sur une réponse collégiale, d’aborder les questions de risques et de conditions de travail, mais également d’évaluer les réponses apportées à une question de santé au travail, en allant si besoin chercher des références pour justifier sa position.
  2. Pour le formateur peut ainsi évaluer les acquis des stagiaires et mettre les membres CHSCT en situation de travail (discussion, argumentation, co-construction, posture HSCT, etc..)
  3. Pour la formation cela permet de varier les méthodes pédagogiques, et d’alterner les forme d’apprentissage. Au fur et à mesure des questions les stagiaires pourront être amener à dire, à écrire, à jouer une saynète, à dessiner, à se lever, etc..

Matériel

  1. Plateau de jeu
  2. Cartes de Jeu numérotées
  3. 2 dés
  4. Support de formation

Règles du jeu :

Le groupe est divisé en 3 équipes. Une première équipe -1- lance deux dés et avance du nombre de case correspondant à la somme des dés. La seconde -2- équipe prend la carte correspondant au numéro de la case et pose le question à choix multiple, puis la seconde question ouverte. Les joueurs de l’équipe se concertent et répondent aux questions. La troisième équipe -3- fait préciser, reformulé et valide les propositions de l’équipe 1. le formateur complète, rappelle les références, mets en discussion la décision, ou propose au groupe 3 de justifier la validation ou le refus en allant chercher une référence dans le support de formation.

En cas de refus, le groupe 3 fait appliquer la consigne en bas de la carte.

Les cases noires du plateau sont des cases particulières où le rôle du CHSCT est différent et ses moyens d’actions spécifiques.

Puzzle créé pour la formation des femmes de chambre d’un palace

Objectifs

  1. Pour les stagiaires, A partir de photos que l’on demande aux stagiaires de prendre sur des situations d’inconfort,  ceux-ci vont devoir se mettre d’accord sur les objectifs qualité attendus par l’entreprise, les attente variables de chaque client, et leur propres expériences,. L’objectif est d’inviter chaque membre à confronter ses problématiques à celles rencontrées par les équipes des différents étages, les liens avec les services connexes (room service, lingerie, conciergerie, voiturier, chasseurs, etc..). Les discussions permettent de faire émerger des actions collectives, de capitaliser les pratiques, et de faire en lumière les régulations individuelles.

Matériel

  1. Plateau de jeu
  2. Pictogramme des actions
  3. Photos réalisés par les stagiaires
  4. Support de formation

Défi de la biscotte

Depuis quelques années, les serious game séduisent et s’étendent à de multiples domaines, notamment celui du travail. Ce format attractif et ludique possède une forte capacité pédagogique et engageante pour le joueur qui devient acteur de sa formation.(Anact)

Objectifs

  1. Pour les stagiaires,Le serious game propose de faire expérimenter aux participants (managers, dirigeants, salariés, etc.) différentes formes d’organisation du travail, afin d’en montrer les effets tant sur les équipes (santé, engagement, soutien collectif…) que sur la performance. À la fin, un débriefing est organisé durant lequel les participants sont invités à exprimer ce qu’ils ont ressenti lors des différents ateliers, dévoilent les résultats et en tirent les enseignements. Puis les animateurs expliquent les aspects théoriques qui constituent le fil rouge du jeu.

Matériel

  • Biscottes, beurre, couteau en plastique, assiette
  • Cartes de jeu
  • Fiche bilan

Mille bornes de la conduite au changement

Ce jeu des milles bornes revisité a été intégré dans un séminaire à destination de 3 CODIR appelés à fusionner du fait de la réorganisation territoriale. Cette réorganisation intègre également l’usage intégré de nouveaux outils digitaux, la disparitions de certaines fonctions et l’implantation de nouvelles, et une nouvelle orientation des activités (du faire au faire faire) . Le séminaire vise à se connaitre, échanger et définir une stratégie commune pour manager le travail futur, et intégrer le bien être sans perdre le bien faire pendant la période de changement

  • Objectif : Savoir mobiliser les ressources dont je dispose (recensement de ce qui a été produit en J-1 et J)2) en tant que membre d’un collectif (celui des managers) et en tant qu’animateur d’un collectif (fonction manager). Comme dans le jeu de notre enfance, le principe est d’aller plus loin  que l’équipe concurrente en utilisant habillement les leviers dont le manager dispose.

Matériel

  • un paquet de cartes rouges, correspondant à des difficultés managériales liées à la fusion territoriale,
  • un paquet de cartes vertes, correspondant à des ressources pour lever ces difficultés.
  • des cartes kilométrique qui sont données par l’équipe adverse en fonction de la « qualité » de la réponse.

Voir aussi

Serious Game et accompagnement au changement : Jouer aux LEGO pour co-construire les situations de travail futur

 

Par Philippe GOULOIS, Cooper'activ

Philippe GOULOIS, catalyseur d'innovation sociale, activateur de bien être et de performance

C’est fort d’une expérience d’une vingtaine d’années du monde du travail qu’il a fait le choix d’une réorientation professionnelle qui l’a conduit vers l’ergonomie, et la faciliation dans des démarches de construction de la santé au travail.

Dans cette première vie professionnelle, il a pu appréhender différents secteurs d’activités dont le secteur de la restauration, de la qualité et enfin celui de la formation professionnelle. Ce dernier lui a permis de développer ses qualités relationnelles et une grande capacité d’écoute auprès de typologies de public hétérogènes mais aussi une bonne pratique du travail en équipe pluridisciplinaire.

Ces expériences professionnelles ont été l’occasion pour lui de cheminer et de disposer aujourd’hui des ressources et des expériences du monde du travail, et ainsi de construire un parcours professionnel atypique. Depuis la réalisation du travail, au management, puis à l’évaluation qualité et à l’accompagnement des individus pour disposer des ressources pour répondre aux attentes de l’entreprise, il s’est orienté vers ce qui joue dans le travail et ce que cela produit pour le salarié et pour la performance de l’entreprise.

En 2000, il obtient un diplôme universitaire sanctionnant une formation et une pratique des sciences de l’éducation, intégrant l’usage des TIC avec une orientation particulière autour de l’ergonomie cognitive et des interfaces pédagogiques entre l’apprenant et son environnement numérique. Aujourd’hui il réinvestit ces compétences dans l’appréhension des situations de travail des opérateurs mais également dans le conception des processus d’apprentissage et du développement des compétences.

En 2011, il complète son parcours universitaire en « Ergonomie, santé et sécurité dans la conduite du changement en entreprise », à l’IETL de LYON 2, puis à l'école national supérieur de cognitique à Bordeaux.

Au sein du rectorat de Lyon ou de la région Rhône-Alpes, il conduit plusieurs projets de construction de la santé au travail mobilisant parfois de nombreux acteurs mais toujours en lien avec le réel du travail des opérateurs en se fondant sur le dialogue social.

Pour enrichir sa pratique, il tente en 2012 l’aventure de l’entreprenariat en qualité de formateur consultant. Il conduit alors plusieurs projets d'innovation sociale dans l’industrie, l’événementiel, et le service à la personne.

Communications

Ministère de l’agriculture, 2001, Rapport du groupe PNNS / Qualité gustative des aliments et environnement des repas : restauration scolaire, hospitalière et aide alimentaire :

Territorial, La gazette des communes, Philippe Goulois L’ergonomie, ou l’art de la prévention . ARTICLE DU NUMÉRO 250 – 23 MAI 2013

Café pédagogique, 2003 : Apprendre avec le numérique : Le paradigme des outils cognitif

Le formateur : éducateur de citoyens éclairés ou développeur de capital humain au service du marché ? Inffo-formation (L’), 01/05/2013, n° 833, p. 24-25

Le Co-développement professionnel. Une ressource au service de l’intelligence collective – Personnel, n° 539, mai 2013, pp. 42-43

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *