Catégories
La fabrique d'actualités

Et si en 2016, vous passiez au bonheur au travail

A chaque cycle, l’occasion de relever de nouveaux défis…..

Notre cabinet de conseil en management de la santé au travail est heureux de présenter ses vœux pour cette année 2016

En 2016, dans les sillons du nouveau Plan Santé au Travail, nous vous proposons d’accompagner votre entreprise, vos managers et vos salariés vers le développement du bonheur au travail.

Nous pensons que les politiques successives de prévention des risques professionnels et des plans pluriannuels de prévention, les plans stress et autres dispositif de souffrance au travail ou de risques psychosociaux, ceux qui visent à la réduction d’épidémie de TMS, n’ont pas apportés de réponse satisfaisante. On relève une stagnation de la sinistralité, l’augmentation permanente de l’absentéisme dans l’entreprise, et l’augmentation croissante des malaises des salariés, des managers et des directions nécessitent un changement profond des modes de gouvernance.

Si vous avez encore des doutes, il suffit alors de consulter les récents rapports rendus au gouvernement. Tous ont confirmé la nécessité de renforcer le lien entre l’économie et le social. Dans son rapport sur la compétitive en 2012, Louis GALLOIS préconisait des mesures visant augmenter les emplois et la production. Ce rapport faisait le postulat que les marges financières des entreprises n’avaient jamais été aussi faibles et qu’une voie possible était de renforcer les compétences humaines afin de disposer d’une main d’oeuvre efficace, engagée, en bonne santé dans des organisations du travail rénovées.

Plusieurs sondages (exemple Cab Deloitte/cadremploi 04/2015), confirment que le contexte social et économique du moment nécessite de trouver de nouveaux modèles de management ; pour une très large majorité de dirigeants d’entreprise le recrutement et la fidélisation des talents constituent un enjeu majeur de leur développement. Dans ce contexte la qualité de vie au travail constitue une réponse efficace pour 80% des chefs d’entreprises interrogés. Plus encore pour 90% d’entre eux, les solutions favorisant la reconnaissance au travail ont un impact décisif sur leur réputation, leur performance et leur chiffre d’affaires.

Si les entreprises souhaitent relever le défi de cette mutation, elles doivent agir dès maintenant. Il convient alors de s’interroger sur l’opportunité de mettre en place une politique de qualité de vie au travail et de qualité du travail, puis de préciser le champ qu’elle doit investiguer.

Si l’on s’accorde pour dire que le travail constitue ici le cœur des enjeux alors, il semble essentiel de connaître et de comprendre le travail pour pouvoir transformer durablement les situations et engager une politique de qualité de vie centrée sur le travail permettant le développement actif, créatif, dynamique et singulier des ressources.

C’est le défi que nous vous vous proposons de relever ensemble en 2016.

Voeux-2016-PGC

Par Philippe GOULOIS, Cooper'activ

Philippe GOULOIS, catalyseur d'innovation sociale, activateur de bien être et de performance

C’est fort d’une expérience d’une vingtaine d’années du monde du travail qu’il a fait le choix d’une réorientation professionnelle qui l’a conduit vers l’ergonomie, et la faciliation dans des démarches de construction de la santé au travail.

Dans cette première vie professionnelle, il a pu appréhender différents secteurs d’activités dont le secteur de la restauration, de la qualité et enfin celui de la formation professionnelle. Ce dernier lui a permis de développer ses qualités relationnelles et une grande capacité d’écoute auprès de typologies de public hétérogènes mais aussi une bonne pratique du travail en équipe pluridisciplinaire.

Ces expériences professionnelles ont été l’occasion pour lui de cheminer et de disposer aujourd’hui des ressources et des expériences du monde du travail, et ainsi de construire un parcours professionnel atypique. Depuis la réalisation du travail, au management, puis à l’évaluation qualité et à l’accompagnement des individus pour disposer des ressources pour répondre aux attentes de l’entreprise, il s’est orienté vers ce qui joue dans le travail et ce que cela produit pour le salarié et pour la performance de l’entreprise.

En 2000, il obtient un diplôme universitaire sanctionnant une formation et une pratique des sciences de l’éducation, intégrant l’usage des TIC avec une orientation particulière autour de l’ergonomie cognitive et des interfaces pédagogiques entre l’apprenant et son environnement numérique. Aujourd’hui il réinvestit ces compétences dans l’appréhension des situations de travail des opérateurs mais également dans le conception des processus d’apprentissage et du développement des compétences.

En 2011, il complète son parcours universitaire en « Ergonomie, santé et sécurité dans la conduite du changement en entreprise », à l’IETL de LYON 2, puis à l'école national supérieur de cognitique à Bordeaux.

Au sein du rectorat de Lyon ou de la région Rhône-Alpes, il conduit plusieurs projets de construction de la santé au travail mobilisant parfois de nombreux acteurs mais toujours en lien avec le réel du travail des opérateurs en se fondant sur le dialogue social.

Pour enrichir sa pratique, il tente en 2012 l’aventure de l’entreprenariat en qualité de formateur consultant. Il conduit alors plusieurs projets d'innovation sociale dans l’industrie, l’événementiel, et le service à la personne.

Communications

Ministère de l’agriculture, 2001, Rapport du groupe PNNS / Qualité gustative des aliments et environnement des repas : restauration scolaire, hospitalière et aide alimentaire :

Territorial, La gazette des communes, Philippe Goulois L’ergonomie, ou l’art de la prévention . ARTICLE DU NUMÉRO 250 – 23 MAI 2013

Café pédagogique, 2003 : Apprendre avec le numérique : Le paradigme des outils cognitif

Le formateur : éducateur de citoyens éclairés ou développeur de capital humain au service du marché ? Inffo-formation (L’), 01/05/2013, n° 833, p. 24-25

Le Co-développement professionnel. Une ressource au service de l’intelligence collective – Personnel, n° 539, mai 2013, pp. 42-43

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *