Catégories
La fabrique d'actualités

Design thinking : une ressource pour manager les projets et accompagner le changement

Design thinking : un terme galvaudé ?

Apparu aux États-Unis dans les années 80, le Design thinking (ou « la pensée design » en vieux français) est devenu un buzz word  très en vogue en ces temps de mutation de notre société et de transformations digitales et managériales dans les entreprises. Tout le monde fait du design thinking : entreprise, star’up, collectivité, administrations… On lit même que ce serait LA recette miracle pour « créer-de-l’engagement » et « remettre-l’humain-au-centre », au même titre que les méthodes agiles et autre lean management.

Chez cooper’activ, nous pensons qu’au delà de l’effet de mode, le Design thinking est un vecteur de transformation des organisations puissant à condition de ne pas en faire une METHODE miracle, mais plutôt une façon de penser et d’agir qui permet d’agir sur le système de travail, favorise les interactions sociales et permet de passer de l’idée à l’action très rapidement.

Le design thinking développe le croisement de points de vue différents sur une même problématique, la créativité individuelle et collective, l’apprentissage par l’expérience, la confrontation des représentations et du réel, la culture de l’erreur apprenante, la prise de décision rapide. Le processus qu’il généré apporte une réponse efficiente à un environnement est toujours plus complexe, incertain et instable.

Le design thinking n’est pas nouveau, ses origines remontent au XIXe siècle. C’est un héritage du design industriel qu’un designer de talent appelé Tim Brown a remis sur le devant de la scène.

Penser & Faire ensemble, pour mieux lever les résistances et faciliter la construction d’un changement

D’abord, ce n’est pas une méthode…..

Le design thinking est comme son nom l’indique la pensée, l’état d’esprit, des designers et non pas une méthodologie comme on le lit souvent. C’est une culture, une vision, une manière d’appréhender la complexité et l’incertitude en cultivant l’empathie pour ensuite imaginer et développer concrètement des solutions pertinentes aux dysfonctionnements identifiés.

L’ambition, dès l’origine, était de briser l’approche traditionnelle « en silo » et de mixer au plus tôt les différentes compétences, et notamment celle des ingénieurs, du marketing et du management pour concevoir des nouveaux produits ou services.  

Aujourd’hui, en 2020, le modèle historique pyramidal ne fonctionne plus. Nous sommes entrés dans un modèle de réseaux sociaux et d’interactions sociales et sociétales permanentes. Il devient donc désormais vital d’intégrer les sciences humaines et sociales à toutes les étapes de développement d’un produit/service.

Une approche managériale par l’innovation

Le Design thinking est une approche managériale de l’innovation enracinée dans des pratiques issues de la première révolution industrielle et développées depuis avec succès. Particulièrement pertinente dans une époque qui cherche un nouveau modèle de management adapté à la globalisation multipolaire et aux révolutions socio-techniques diffusées en réseau, cette pensée commence à trouver des espaces pour être développée, enseignée et pratiquée.

Le Design thinking invite à modifier en profondeur ses pratiques organisationnelles et à mettre en place un processus de résolution de problématique et d’innovation qui suppose de : ­

  • Diversifier ses équipes, socialement, techniquement, fonctionnellement et culturellement ; ­
  • Adopter un mode projet transversal avant même le lancement, et d’en respecter les temps de phase et le calendrier ; ­
  • Mettre en place un système de veille interne et externe solide;
  • Partager les informations ;
  • Échanger lors d’un cycle de temps forts en équipe (formations, séminaires, journées thématiques, déplacements et Learning expédition…)  ; ­
  • Délivrer le retour d’expérience du projet auprès de tous ses acteurs et ses parties prenantes.

Cet état d’esprit s’incarne dans une démarche avec des valeurs, des convictions, des compétences et des outils.

Nous nous mettons pleinement au service de vos objectifs en intégrant vos enjeux et vos contraintes. Notre accompagnement et nos outils sont toujours conçus sur-mesure.

Une approche interdisciplinaire

Nous travaillons avec un réseau d’experts qui partagent nos valeurs et nos convictions. Ils peuvent être prospectiviste, anthropologue, ethnologue, psychologue, ergonome, expert en développement durable ou en santé au travail, architecte, qualiticien, mathématicien, codeur, data scientiste, ou philosophe. Mais ils peuvent être aussi comédien, plasticien, photographe, chorégraphe, ou musicien. Ce que nous créons, c’est un éco-système à la fois inspirant et productif. 

Ce que nous partageons avec cet éco-système, ce sont des convictions et des engagements qui nous permettent d’avoir un impact fort :

  • le sens prime sur les processus qui priment sur les outils,
  • donner du sens à l’écart entre le travail prescrit et le travail réel (ce qui « normalement » aurait dû arriver) 
  • agir avec humilité et empathie car les personnes sur le terrain, confrontées à la problématique, sont les mieux placées pour questionner un problème et le résoudre
  • donner leur juste place aux experts, qui ont une mission majeure, celle de transmettre leurs savoirs aux autres
  • avant d’aller à la solution, passer du temps à questionner la problématique
  • bien écouter les acteurs de la situation, mais aussi les aider à faire émerger des émotions, des représentations, à mettre en conscience en utilisant souvent des objets intermédiaires, comme le jeu ou l’art.

FAIRE ENSEMBLE, UNE SOLUTION QUI A DU SENS EN UN TEMPS COURT

La promesse de Cooper’activ : aboutir de manière efficace et rapide à l’achèvement d’un produit ou d’un service, en restant centré sur l’ensemble des utilisateurs, qu’ils soient les bénéficiaires de la solutions, ou les salariés en charge de sa mise en oeuvre

L’atout de notre méthode : Activer la solution en vrai, par le prototypage des idées. Chaque idée doit prendre une forme pour être mieux visualisée, être testée et améliorée. Cela implique pour les groupes de quitter les concepts pour aller à l’opérationnel, d’aller à l’essentiel en donnant à voir la solution.

Une image contenant assis, horloge, portable, homme

Description générée automatiquement

10 bonnes raisons de mobiliser le design thinking pour manager les projets et accompagner le changement 

  1. Développer la créativité 
  2. Prendre en charge et résoudre des problématiques réelles
  3. Accélérer l’innovation 
  4. Renforcer l’esprit d’équipe en s’appuyant sur l’intelligence collective, 
  5. Favoriser la transversalité entre les équipes
  6. Développer la culture du FAIRE ensemble
  7. Faire entrer l’agilité dans les « modes de faire » quotidiens de l’entreprise ou de la collectivité,
  8. Développer la culture de l’erreur apprenante, de l’itération, de l’amélioration par l’usage
  9. Installer l’empathie dans les pratiques et dans la relation pour mieux se centrer sur l’utilisateur 
  10. Modifier les relations interpersonnelles entre les acteurs impliqués dans le processus de création. 

Venez tester lors d’un atelier de 30 minutes

– Rendez vous à Preventica LYON – Eurexpo – MARDI 29 SEPT.  15H30-16H00  SALLE AP1 – MERCREDI 30 SEPT.  13H15-13H45   SALLE AP1

https://www.preventica.com
Catégories
La fabrique d'actualités

Travailler ensemble dans un forum ouvert : bienvenue aux expériences et à la créativité !

Nous avons expérimenter le travail dans un forum ouvert. Le thème du travail concernait les évolutions du travail et des pratiques du travail, intégrant largement les question de QVT, de performance, de discussion, de travail réel et de de régulation, de management voire même d’entreprise libérée, L’objectif de cette séquence de travail sur une journée était pour les 150 participants de Se rencontrer, faire connaissance et accélérer de nouvelles alliances entre les
acteurs du projet, mais également de faire émerger des idées pour nourrir le projet.

Le principe du forum ouvert

Chacun y est invité à développer les idées, les envies, les questionnements qu’il porte, autour du thème posé à la réflexion de tous. Tous les sujets qui tiennent à cœur des participants peuvent être abordés et chacun a l’occasion de les partager avec d’autres dans un cadre convivial et constructif.

La méthode du forum ouvert permet à chaque participant de prendre la parole au sein de petits groupes et de travailler sur les thèmes qui l’intéresse.

La méthode est assez déconcertante pour les participant. En effet, ils ont ont pour seule information en arrivant au forum ouvert trois éléments.

  • le thème défini,
  • un groupe de participants motivés par la thématique,
  • un espace défini et un temps.

Le forum se décompose en 4 phases distinctes

 1. Phase d’émergence : séance plénière et place du marché

  • Tous les participants se regroupent en session plénière (réunis en grand cercle). Au cours de cette première session, ce sont les participants qui vont définir eux-mêmes l’ordre du jour autour du thème défini par les organisateurs, en effet il n’y a pas d’ordre du jour pré-établi
  • Les participants énoncent et affichent au mur, la place des marchés, les questions qu’ils souhaitent traiter au cours du forum ouvert ou qui leur semblent importantes. Chaque question soulevée par les participants est soumise à discussion.
  • Chaque participant qui souhaite inscrire un sujet sur la place des marchés se rend au milieu du cercle où sont disposés papier et stylos, il formule sa proposition de sujet en quelques mots et l’explique ensuite à tout le groupe pour enfin aller l’afficher au mur.

2.Choix de sujets

Les participants se rendent à la place du marché pour choisir librement les ateliers auxquels ils souhaitent participer : répartition en groupes de travail, définition des timings…

3.Sessions en ateliers de travail

Plusieurs sessions d’ateliers de travail se déroulent autour des sujets qui ont été définis en amont par les participants. Des groupes  se forment. Lorsqu’ils se retrouvent en petits groupes, les participants ont la possibilité de désigner parmi eux un animateur et un secrétaire.

Le plus souvent, l’animateur est la personne qui a inscrit le sujet traité à l’ordre du jour mais toutes les possibilités sont ouvertes. Il a pour rôle l’animation des échanges.

Le secrétaire quant à lui a pour rôle la prise de notes des échanges et il sera en charge de les retranscrire sous forme de compte-rendu dans la salle des nouvelles.

Les participants débattent sur le thème qui les intéresse puis, une fois les échanges épuisés, de nouveaux groupes sont formés à leur initiative.

4. Salle des nouvelles et restitution des comptes-rendus en session plénière

Pour les ateliers de discussion, la clé du forum ouvert repose sur quatre principes et une loi

La loi

  • La loi de la mobilité ou « loi des deux pieds » : si, pendant la réunion, des personnes estiment qu’elles n’apprennent rien ou n’apportent rien aux échanges, elles sont libres de faire usage de leurs pieds pour se rendre dans un endroit plus productif ou plus intéressant à leurs yeux.

les principes

  • « Les personnes présentes sont les bonnes personnes ». Tous les participants sont concernés par le thème de la journée. Tous les participants ont une expérience. Aucun participant ne doit se sentir inutile, chacun a des choses à apporter au débat.
  • « Ça commence quand ça commence ». Aucun horaire strict n’est défini par les organisateurs au cours du forum ouvert, ce sont les participants eux-mêmes qui décident de commencer les débats lorsqu’ils le souhaitent et on considère que quel que soit le moment, c’est le bon moment.
  • « Quand c’est fini, c’est fini ». À l’inverse, les organisateurs s’engagent à respecter l’horaire de fin prévu.
  • « Ce qui arrive est ce qui devait arriver ». Les organisateurs n’interviennent au cours d’aucun débat et laissent librement les participants aller vers les directions qu’ils souhaitent donner au forum ouvert.

Les animaux totems :

  • Les papillons prennent une pause ou réfléchissent.papillon. Les papillons peuvent ainsi créer de nouveaux groupes dans l’informel et rédiger de nouvelles propositions
  • Les abeilles butinent et font circuler les idées d’atelier en ateliers.abeille

Conclusion

Notre journée de travail à 140 participants a permis de créer 146 journaux qui ont restituer les échanges et les propositions de cette journée. Une plate forme collaborative est créée pour mettre ces contribution en « production » et déterminer les actions, acteurs, le calendrier,, les critères de performance du projet.

Pour aller plus loin

Pour mieux connaître l’approche Forum Ouvert vous pouvez consulter la version en français du sitewww.openspacecanada.org ou bien, sur ce sitewww.openspaceworld.org

L’approche Forum Ouvert, une traduction en français d’un extrait d’ “Open Space Technology: A User’s Guide”, de Harrison Owen.

Le Forum Ouvert…une technologie? …une démarche de groupe ou une nouvelle façon de penser? Par Diane Gibeault, (www.dianegibeault.com) praticienne de l’approche FORUM OUVERT (Open Space).

Un Forum Ouvert a l’ordre naissant, un article récent du créateur de l’Approche Forum Ouvert, Harrison Owen.

Ce site web est plein d’histoires de succès, de recours pratiques, et d’autres informations utiles, essentiellement en anglais, toutes contribuant à répondre à la question: «qu´est-ce que l´approche Forum Ouvert?»

Des articles

Dans cet article du site Pratiques collaboratives, vous trouverez une explication complète de ce mode de travail et les détails de sa mise en oeuvre.

Travailler en forum ouvert: petite visite guidée, une observation d’une réunion hypothétique en Forum Ouvert, illustrant les conditions et les possibilités de ce genre de réunions, réalisée par Michael Herman, tranduction par Esther Matte.

L’art d’être productif en groupe, par Esther Matte.